Mots-clefs

, , , , , , , , ,

En 2013, 1.6 millions de foyers supplémentaires vont payer l’impôt sur le revenu, soit une augmentation de 10% par rapport à 2012.

Image IR

Ce sont les classes populaires et moyennes (retraités, ouvriers…) qui sont les premières victimes de la politique fiscale dévastatrice du Gouvernement. Sans oublier que lorsqu’un foyer bascule dans l’impôt sur le revenu, il devient éligible à une douzaine de nouvelles taxes, dont la redevance audiovisuelle ou encore la taxe d’habitation.

Alors que le Gouvernement socialiste multiplie les « couacs » et tente de cacher la réalité, les Français étouffent sous la pression fiscale.

Contradictions entre le Président et les membres du Gouvernement sur la soi-disant « pause » fiscale

Dimanche 6 janvier 2013, Jérôme Cahuzac au Grand Rendez-vous Europe 1/i-Télé/le Parisien : «On demande un effort considérable en 2013. La réforme fiscale a été présentée et votée par le Parlement, on ne peut pas demander davantage aux contribuables désormais. Désormais, c’est la stabilité fiscale qui est la politique du gouvernement» en précisant que ce principe prévaudrait sur la durée de la mandature.

Jeudi 28 mars 2013, François Hollande sur le plateau de France 2 : « En 2013, on va faire des économies pour qu’il n’y ait pas d’efforts de plus demandés aux Français » et pour 2014, en dehors notamment des hausses de TVA déjà annoncées, « il n’y aura aucune autre augmentation d’impôts ».

Vendredi 30 août 2013, François Hollande dans Le Monde : «Je reconnais qu’à l’automne 2012, face à l’ampleur des déficits, un effort supplémentaire a été demandé aux Français. Notamment aux plus favorisés, mais pas seulement. Grâce à l’engagement de substantielles économies, le temps est venu de faire – plus tôt qu’il n’avait été prévu – une pause fiscale»

Encore ce dimanche 15 septembre, sur TF1, François Hollande affirmait que la baisse du plafond du quotient familial et l’augmentation de la TVA au 1er janvier 2014 constitueraient « les deux seules hausses d’impôts pour les ménages ». Il réaffirmait que la pause fiscale était pour 2014.

Mardi 17 septembre 2013, Jean-Marc Ayrault contredit le Président de la République en affirmant qu’en 2014, «il s’agit en effet d’un ralentissement, pour aller à une pause fiscale qui sera effective en 2015»

Mercredi 18 septembre 2013, la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem a assuré, lors de son compte rendu hebdomadaire du Conseil des Ministres, que la pause fiscale promise par François Hollande commencerait «bel et bien» dès 2014 et qu’elle «se confirmera en 2015». Puis, elle observe qu’il s’agit en termes de prélèvements obligatoires pour les Français «d’une quasi-stabilisation et on sera à la stabilisation totale en 2015».

Mercredi 18 septembre 2013 sur le plateau du Grand Journal de Canal+, Laurent Fabius interrogé sur les contradictions entre le Président de la République et le Premier ministre dit : « c’est une forme de boulette » et poursuit : « il y a une marge de progression ».

Publicités