Le TLM touche trop d’argent public «Nous aimons le TLM et je rends hommage ici à Pierre Dumortier. Le TLM fait partie de l’identité de Tourcoing. Mais il n’est pas normal que le TLM touche plus d’un million d’euros d’argent public par an sur un budget de 1,4. » Gérald Darmanin, député, n’est pas tendre avec le club de volley-ball. L’ancien directeur de cabinet du ministre des Sports David Douillet estime que «les financements publics ne doivent jamais excéder 50 % du budget d’un club ; d’autant qu’à Tourcoing, 60 % du budget sert à payer les salaires. Or, le TLM est une société privée ».
Pour Gérald Darmanin, le TLM non seulement touche trop d’argent public, ne se définit pas d’objectifs sportifs mais ne remplit pas sa mission… de service public. «Il n’est pas rentré dans la
vie quotidienne des Tourquennois. Il faut renforcer les politiques envers les amateurs en donnant moins aux professionnels. » Le député balaie d’un revers les éventuels arguments de ses adversaires. «Non, nous ne voulons pas tuer le TLM. Nous pensons qu’on peut faire mieux avec moins. » Il pense à Chaumont (Haute-Marne) quatrième au classement du championnat. Le club joue avec un million d’euros en détournant le regard de Tours, champion de France, qui jongle avec 2,5. L’opposant UMP suggère au TLM de venir s’expliquer au conseil municipal du 30 mai : les élus devront adopter la convention avec la ville.

Source: Nord Eclair, 15 mars 2013

Publicités